VIRAGE
Par ici, oiseaux frugivores !
Par ici, oiseaux frugivores !
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

Avec l’arrivée de l’automne, il est temps de réinstaller les mangeoires pour attirer les oiseaux dans votre jardin. Toutefois, certaines espèces d’oiseaux frugivores préféreront les fruits de certains arbres et arbustes aux semences que vous leur fournirez dans les mangeoires.

C’est le cas du merle d’Amérique qui, à la fin de l’été et au début de l’automne, n’hésite pas à manger les fruits des sorbiers, des sureaux et des viornes. Par contre, au début de la saison, il se nourrit principalement de vers de terre, de limaces et d’insectes.

Le jaseur d’Amérique est une autre espèce qui apprécie beaucoup les fruits. En fait, bien que cet oiseau capture parfois des insectes, les fruits constituent la quasi-totalité de son alimentation. Il arrive qu’on puisse voir un groupe de jaseurs se percher dans un arbre, un sorbier par exemple, et le vider complètement de ses fruits en quelques minutes. On observe même parfois des jaseurs manger des fruits très mûrs, dans lesquels les sucres se sont transformés en alcool, et se retrouver complètement ivres, couchés dans la pelouse ou perchés sur des branches la tête à l’envers !

L’oriole de Baltimore est un autre oiseau qui a la réputation d’être très friand de petits fruits, tels que les bleuets, les framboises, les gadelles et les baies de sureau. Toutefois, sa préférence va aux oranges. On peut présenter aux orioles des oranges coupées en deux disposées dans une petite cage métallique dans laquelle on met habituellement du suif ou simplement piquées sur des branches. En outre, les orioles ne peuvent absolument pas résister au goût de la gelée de pomme. Il semble que les orioles adultes nourrissent aussi leurs rejetons avec cette gelée.

Un des meilleurs moyens d’attirer des oiseaux dans votre jardin est certainement d’y installer des mangeoires. Vous pouvez aussi espérer accueillir dans votre cour une foule d’espèces d’oiseaux frugivores, comme le cardinal rouge, le gros-bec, le jaseur d’Amérique, le merle d’Amérique, le moqueur et le roselin familier, en y aménageant un jardin composé de végétaux qu’ils prisent tant pour se nourrir que pour s’abriter et nicher. Plus votre jardin comprend d’espèces végétales diverses, plus vous augmentez vos chances de voir de nombreuses espèces d’oiseaux le fréquenter. Un aménagement planté d’arbres feuillus et conifères, d’arbustes produisant des fruits ainsi que de plantes vivaces et annuelles aux graines comestibles sera fort apprécié par les oiseaux. Voici la description de trois plantes qui produisent des fruits dont se délecteront les oiseaux.

Cornouiller à grappes (Cornus racemosa)

Ce gros arbuste faisant au plus 3 m de hauteur est l’une des espèces ligneuses les plus adaptables qui soient. Il pousse aussi bien dans les terres acides bien drainées, voire temporairement sèches, que dans les sols calcaires humides situés aux abords des cours d’eau. Sa floraison printanière attire certains insectes pollinisateurs et papillons, alors que ses fruits blancs portés par des pédicelles rouges sont appréciés par plusieurs espèces d’oiseaux.

Phytolaque d’Amérique (Phytolacca americana)

Le phytolaque d’Amérique est une grande plante vivace faisant environ 2 m de hauteur dont la fructification fort décorative est très appréciée par certaines espèces d’oiseaux, dont le merle d’Amérique. Les fruits du phytolaque sont cependant toxiques pour les êtres humains. Portés par des pédicelles de couleur rose vif, ses fruits sont d’abord verts. Puis, ils tournent au violet foncé lorsqu’ils atteignent leur maturité.

Sorbier des montagnes (Sorbus decora)

Le sorbier des montagnes est assurément l’un de nos plus beaux arbres indigènes. En plus d’arborer une magnifique floraison blanche vers la fin du printemps, il produit une abondance de jolis fruits rouge orangé qui font le bonheur de plusieurs espèces d’oiseaux, notamment des jaseurs d’Amérique. Le sorbier des montagnes, qui atteint au plus 10 m de hauteur, constitue un excellent substitut au sorbier des oiseaux (Sorbus aucuparia) car il est beaucoup moins sensible à la brûlure bactérienne que ce dernier.