VIRAGE
Luce Dufault : chanter et… courir
4.15 avg. rating (81% score) - 13 votes

À 42 ans, dans le but de relever un défi qui lui était lancé, Luce Dufault s’est mise à la course. À 54 ans, la chanteuse nous convainc qu’il est possible de se remettre en forme à tout âge. Et puisque vieillir est inéluctable, elle compte se donner tous les outils nécessaires pour le faire en santé.

En mars 2020, Luce Dufault nous présentait un nouvel album, Dire combien je t’aime, et une tournée devait suivre l’automne suivant. Cette dernière a été repoussée à quelques reprises, mais la chanteuse a tout mis en œuvre pour être fin prête lorsque la serait autorisée. C’est ainsi qu’elle est – enfin ! – remontée sur les planches en mars, et qu’elle poursuit depuis sa tournée 2021-2022.

Entre-temps, Luce a participé à L’histoire de mes chansons, une aventure musicale animée par Monique Giroux. « Une véritable chance ! », nous dit l’artiste, également une habituée d’En direct de l’univers.

Autre projet au programme: sa collaboration à l’album Harmonium symphonique, déjà certifié platine. « Lorsque j’ai reçu cette proposition, je n’en suis pas revenue ! Quel cadeau ! C’est un honneur pour moi de faire partie de ce projet. Lors de ma participation à mon premier concours de chant, j’avais interprété du Harmonium… Lorsque je suis entrée en studio et que j’ai chanté « Histoires sans paroles » devant Serge Fiori, je me suis pincée… »

De mère en fille

Lunou, la fille de Luce, est aussi sous les feux des projecteurs puisqu’elle a été admise à Star Académie. « Nous sommes super fiers, mais nous sommes surtout très heureux pour elle. Elle fait son petit bout de chemin et à sa manière. Elle est très sereine et nous rend la tâche facile. Si j’avais vécu un truc pareil à son âge, je ne suis pas certaine que j’aurais su calmer mes parents… De toute évidence, la pomme n’est pas tombée loin de l’arbre, mais je vous assure que ce n’est pas la même pomme ! (rires) Lunou est plus zen que sa mère et c’est une bonne chose en pareilles circonstances. Elle se laisse porter par le plaisir et par son désir d’apprendre. »

Sa mère raconte que Lunou a toujours chanté, mais qu’elle a mis du temps à se décider de se lancer. « Elle a touché à plein de trucs et essayé plusieurs programmes au cégep et à l’université avant de s’inscrire en théâtre musical à Sainte-Thérèse. Elle a suivi son cœur. Personnellement, je n’ai pas suivi la trace de mes parents. Je ne peux pas savoir ce qu’elle vit. C’est normal de vouloir se dissocier de ses parents afin de trouver sa propre identité. J’imagine qu’elle a dû faire ce cheminement. Mon chum et moi, nous laissons nos enfants libres de choisir, car faire ce que nous aimons dans la vie, c’est primordial. »

Durant la dernière année, la chanteuse a connu des hauts et des bas, jusqu’à parfois se remettre en question et se demander si elle allait faire autre chose de sa vie… « Je pense que nous sommes nombreux à être passés par là. Le problème, c’est que même si nous avons du temps, nous n’avons pas beaucoup de liberté. Ce n’est pas comme prendre une sabbatique en temps de non-COVID. Il y a plein de choses que nous ne pouvons pas faire ou faire de la même façon. Nous ne pouvons pas visiter la famille à Marseille ou en Corse et nous ignorons à quel moment nous pourrons y retourner… Et être en attente de quelque chose, c’est lourd… Je ne me plains pas, car je sais que la situation est horrible pour bien des gens. »

En pleine forme

À 54 ans, la chanteuse est dans une forme enviable, et ce, même si elle a moins couru depuis la pandémie. « Je cours moins, mais comme nous avons un nouveau chien, nous marchons beaucoup, mon chum et moi. Nous faisons aussi de la raquette. Je passe beaucoup de temps à l’extérieur. »

Manifestement, ce mode de vie actif permet à Luce de vieillir en santé. « J’ai découvert la course sur le tard. C’est un cadeau qui m’a été donné… Je n’ai pas besoin d’équipement ou d’un gym : je prends mes chaussures et je cours. C’est la manière la plus facile et accessible de garder la forme. »

Elle confie que la course a été salvatrice pour elle. « Ça me calme, ça me grounde. Parfois, je me mets à sourire comme s’il n’y avait pas de lendemain. Il m’est arrivé de courir en pleurant de bonheur… »

Elle a couru son premier marathon à 42 ans et est plus en forme aujourd’hui qu’à 20 ou 30 ans. « Il n’y a pas d’âge pour se remettre en forme. Il faut lire sur Alice Cole, une femme de 87 ans qui a commencé à courir à 70 ans. C’est tellement inspirant ! Vieillir est un privilège. Je suis en santé et j’aimerais le rester le plus longtemps possible. Je souhaite devenir une vieille dame qui pète la forme ! »

 ***

L’album Dire combien je t’aime est disponible sur toutes les plateformes. Pour la tournée de Luce, on s’informe au lucedufault.com. L’album Harmonium symphonique est en vente exclusivement au harmoniumsymphonique.com

Photo : Jean-Marie Zucchini