VIRAGE
Partez à l’aventure… au Canada
5.00 avg. rating (83% score) - 1 vote

Lorsque la pandémie finira par s’essouffler, vous aimeriez mettre le nez hors des frontières du Québec tout en restant au pays ? Voici cinq destinations canadiennes qui vous en mettront plein la vue. Elles sont peut-être moins célèbres que les chutes du Niagara ou Banff, mais vous en reviendrez avec des étoiles dans les yeux !

Apportez bottes de marche, maillot, lotion solaire, lunettes de soleil et appareil photo ! On y dort sous la tente, dans une yourte, à l’hôtel ou en VR.

1- Parc national du Gros-Morne, Terre-Neuve-et-Labrador

Situé à l’extrême ouest de la grande île, Gros-Morne multiplie les paysages grandioses : fjords profonds et encaissés, allées glaciaires en auges géantes, phénomènes géologiques uniques au monde et bonnes tables sympathiques… C’est un paradis de la randonnée et du kayak, tant pour les novices que les experts.

L’endroit est reconnu pour Tablelands, où le manteau de la croûte terrestre émerge depuis 500 millions d’années et offre un paysage digne de la planète Mars. On s’y balade pour quelques heures ou une journée complète. L’orange et le vert des paysages offrent des contrastes incroyables. Les plus hardis iront jusqu’au faîte du Gros-Morne (un mot créole qui désigne une petite montagne isolée et arrondie), le deuxième sommet en importance de Terre-Neuve, aux paysages arctiques démesurés, sculptés par les glaciers. L’endroit regorge de caribous.

À ne pas manquer : les fabuleux étangs Western Brook et Ten Mile, les paysages et les villages le long des routes 430 et 431, où l’on déguste de la morue pêchée le matin même. Info : 1 800 563-6353, Parcs Canada, newfoundlandlabrador.com

2- Churchill, Manitoba

Cet endroit isolé, où aucune route ne se rend, se découvre surtout en octobre, car c’est la meilleure saison pour y observer les ours polaires, devenus l’emblème de ce petit village portuaire planté sur les rives de la baie d’Hudson. De juin à novembre, plus de 1 000 viennent y chasser les phoques. Plusieurs opérateurs offrent des balades en véhicules tout-terrain qui permettent de les observer de très très près. L’été, 4 000 bélugas fréquentent la côte et l’estuaire de la rivière Churchill, qu’on admire en kayak de mer, en zodiac ou en bateau.

On apprécie sur place les aurores boréales (300 jours par année), la flore arctique, le Fort-de-Prince-de-Galles où la Compagnie de la Baie d’Hudson faisait la traite de la fourrure, le musée Itsanitaq, qui abrite une des plus belles collections mondiales de gravures et d’artefacts inuit, de fameux plats, comme l’omble de l’Arctique, des randonnées où l’on dort dans des pavillons situés en pleine toundra. Évidemment, il y a aussi le Parc national Wapusk, où pullulent loups, renards et lièvres arctiques, caribous, carcajous et plus de 200 espèces d’oiseaux.

Le meilleur moyen de s’y rendre : le train de Via Rail à partir de Winnipeg. Un conseil : réservez votre périple des mois à l’avance. Info : 1 800 665-0040, travelmanitoba.com, Parcs Canada, Destination Canada

3- Péninsule de Bruce, Ontario

Située entre le lac Huron et la baie Georgienne, la péninsule de Bruce fait partie de la formation géologique de l’escarpement du Niagara. Elle abrite deux parcs nationaux (Fathom Five et Péninsule de Bruce) et une réserve mondiale de la biosphère de l’UNESCO, où l’on trouve les plus vieux arbres de l’est de l’Amérique du Nord.

L’endroit est surtout connu pour ses falaises spectaculaires plongeant dans les eaux turquoise de la baie, coiffées d’une végétation nordique, qu’on parcourt dans une multitude de sentiers qui permettent d’apprécier orchidées, fougères, oiseaux marins, reptiles mystérieux, phares et ciels étoilés. Au menu : randonnée pédestre (notamment sur la Bruce Trail), pêche, théâtre, canot, kayak, vélo de randonnée ou de montagne, escalade, croisières, plages, plongée et visite de la Grotto (une énorme cavité sculptée par les tempêtes).

Incontournable : l’observation des monolithes de Flowerpot Island. On trouve de bonnes tables à Owen Sound et Tobermory. Info : 519 793-5474, Parcs Canada, brucepeninsula.org

4- Le Parc territorial Tombstone, Yukon

Tombstone signifie « pierre tombale ». Au Yukon, il décrit des montagnes aux pics verticaux qui se découpent dans les paysages démesurés du Grand Nord. Ce parc, qu’on sillonne à pied ou en voiture sur la mythique Dempster Highway (qui mène à Tuktoyaktuk, sur l’océan Arctique), abrite caribous, orignaux, ours, loups, mouflons et renards arctiques. Le parc, surnommé la Patagonie canadienne, est géré par la Première nation des Tr’ondëk Hwëch’ins, qui y séjourne depuis des millénaires. Plus de 70 sites archéologiques en témoignent.

Les randonnées dans l’arrière-pays sont inoubliables dans cet endroit reculé dépourvu de cellulaire, wi-fi, poste à essence ou restaurant. Y planter sa tente sur un lit de mousse arctique est une expérience hors du commun. On en profite pour visiter Dawson City, véritable boomtown à l’origine du Klondike, où a débuté la ruée vers l’or et où résistent au temps plusieurs petites maisons déformées par le gel-dégel du pergélisol. De nombreux francophones ont cherché de l’or dans la région et le magasin de Mme Tremblay, lieu historique national, en témoigne. Au Sourdough Saloon, les courageux pourront déguster le Sourtoe Cocktail, un verre d’alcool dans lequel baigne un orteil humain déshydraté !

Le Yukon est réputé pour la pêche au grand brochet ou à l’omble de l’Arctique, les randonnées à cheval, les aurores boréales et les sorties en canot ou en kayak. Info : 867 993-7714, 1 877 465-3006, yukon.ca, travelyukon.com/fr

5- Les Badlands, Alberta

Le pays des dinosaures existe réellement, à l’est de Calgary. La région abrite le Parc provincial Dinosaur, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, qui regorge de paysages splendides, ainsi que la région de Drumheller et son musée Royal Tyrell, qui  déborde de 130 000 fossiles et artefacts, notamment 35 squelettes de dinosaures grandeur nature.

Ne manquez pas les paysages sculpturaux de roche sédimentaire du Midland Provincial Park, les hoodoos de Drumheller (de surprenantes formations rocheuses de 5 à 7 mètres surmontées de « chapeaux », formées il y a des millions d’années), la petite église blanche de Murray Hill Rd (capacité : six personnes), la mine historique de charbon Atlas et la Dinosaur Trail, une route de 48 km qui longe notamment la rivière Red Deer.

Aussi à voir : le mémorable Horseshoe Canyon, qui se découvre par surprise au cœur de la prairie, creusé par les glaciers, le vent et le Kneehill Creek, à une époque où l’Alberta était subtropicale et habitée de sympathiques dinos. En 2020, un enfant y a trouvé un fossile d’hadrosaure vieux de 69 millions d’années. Info : 403 378-4342, p. 235, 1 866 823-8100, albertaparks.ca, traveldrumheller.com

Photo : © Barrett & MacKay, Tourisme Terre-Neuve-et-Labrador