VIRAGE
Moins d’impôt, plus d’épargne
Moins d’impôt, plus d’épargne
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

Quelle est la dépense la plus importante de votre vie ? L’achat d’une voiture ou d’une maison ? Vous nourrir ? Le petit séjour annuel dans le sud ? Vous n’y êtes pas : c’est l’impôt.

Évidemment, pour la majorité des Québécois, s’informer sur l’impôt, c’est comme subir un traitement de canal. Pourtant, y consacrer une heure, chaque année, peut se traduire par une belle retraite, comparativement à une retraite où il nous reste juste assez d’argent pour regarder la télé…

La planification

Le meilleur moyen de s’assurer une retraite intéressante, c’est de planifier. Posez-vous les questions suivantes :

  • À quel âge j’entends prendre ma retraite ?
  • Où vais-je vivre : maison, condo, chalet, résidence ?
  • Quels sont mes projets: snowbird, jouer au golf et skier tous les jours, enseigner le français bénévolement en Haïti, visiter les châteaux de la Loire, gâter mes petits-enfants ?

Faites des recherches sur Internet et quelques appels pour chiffrer le tout. Sachez que 90 % des gens négligent le fait qu’à la retraite, les loisirs, c’est fondamental.

L’épargne, le REER

Les spécialistes affirment que pour boucler votre budget à la retraite, il vous faudra 70 % de vos revenus annuels bruts actuels. C’est vrai et… c’est faux. Car chaque personne, chaque couple est unique dans son style de vie, sa santé, ses aspirations. Pour réaliser vos projets et rêves de retraite, ça prend des ressources. Et comme 62 % des travailleurs canadiens n’ont pas de régime de retraite, la clé, c’est l’épargne.

Comment épargner convenablement en cette ère de surconsommation ? Par des virements systématiques hebdomadaires. Dans un compte REER, vous maximiserez votre rendement, qui sera à l’abri de l’impôt pendant des années.

Par exemple, une cotisation annuelle de 2000 $ sur 20 ans, à un rendement de 5 %, se traduit par un écart de 14 802$ par rapport à un placement hors REER, pour un trésor de guerre total de 69 342 $, même si votre taux d’imposition est de 37 %.

Certains couples dont un conjoint gagne plus que l’autre tirent avantage du fractionnement du revenu, comme de cotiser au REER de son conjoint ou d’effectuer un don à un enfant majeur. Ils diminuent ainsi l’impôt du couple… et bonifient leur épargne pour la retraite.

Mais attention au rendement. Selon les experts, un portefeuille équilibré (50 % actions, 50 % titres de revenus fixes) génère un rendement annuel moyen de 3,50 % après les frais de gestion et l’inflation. Cette répartition d’actifs vous convient-elle ? Un conseiller peut le déterminer avec vous.

Les ressources

Justement, pour maximiser le rendement et payer moins d’impôt, où doit-on investir son argent : REER, CELI, CRI, FRV ? Et avec quel produit de placement : fonds communs, actions, obligations ? Mieux vaut faire appel à un professionnel pour faire des choix éclairés.

Et ces choix font toute une différence. Prenez l’endettement. Un nombre croissant de Québécois arrivent à la retraite avec un passif. Les spécialistes suggèrent d’éliminer toute dette avant la retraite, en examinant les dépenses courantes. Vivre dans un logement plus petit coûte moins cher. Vendre la deuxième voiture, limiter ses achats de vêtements, aller moins souvent au resto, voilà qui libère des milliers de dollars pour payer ses dettes. Car les paiements ne diminuent pas à la retraite. Les revenus, si.

D’autre part, seulement 20 % des Québécois attendent de fêter leurs 65 ans pour dire bye-bye boss. Mais, depuis la réforme québécoise de 2013, si vous attendez à 66 ans, votre rente sera majorée de 8,4 %; à 70 ans, elle le sera de 42 %. Par contre, à 60 ans, elle diminue de 30 %. On parle d’une différence annuelle qui peut dépasser 5000 $ de moins… ou de plus, pour le restant de vos jours ! Et, après 65 ans, Québec offre un crédit d’impôt aux travailleurs toujours actifs (économies d’impôt potentielles de milliers de dollars).

Entre 65 et 70 ans, la pension de la Sécurité de la vieillesse versée par le fédéral est aussi majorée de 7,2 % pour chaque année où vous patienterez avant de la réclamer (jusqu’à un maximum de 36 % à 70 ans), soit quelques centaines de dollars de plus chaque mois.

L’épargne systématique, une bonne planification et un peu de discipline vous permettront donc de jouir d’une plus belle retraite!

 

***

De la lecture:

  • Combien épargner pour la retraite ? La réponse de Retraite Québec: http://bit.ly/2j1joLt
  • Déterminez vos sources de revenus à la retraite : http://bit.ly/2jR9v31
  • Changements à vos impôts quand vous prenez votre retraite ou lorsque vous atteignez 65 ans : Agence du revenu du Canada, cra-arc.gc.ca/aines/