VIRAGE
Maude et ses hommes
Maude et ses hommes
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

Gâtée dans sa carrière et dans sa vie personnelle, Maude Guérin coule dans le changement sans résistance. Au cœur de cette sérénité face au temps qui passe, des relations épanouissantes qu’elle entretient avec son fils, son père et son amoureux, le poète Christian Vézina.

La cinquantaine sereine

Alors qu’elle a les deux pieds dans la cinquantaine, Maude Guérin ne se plaint pas du temps qui passe. C’est bien connu : la période a ses forces, mais elle oblige aussi à quelques renoncements, notamment à exister dans le regard des hommes.

« Physiquement, bien des changements surviennent, admet-elle. Le regard des hommes change aussi. C’est ce que je trouve le plus difficile : être devenue invisible. Je ne comprends pas cette distance. Je suis une séductrice, j’aimais ce regard. J’appréciais les « Allô bella ! » que j’entendais lorsque je me promenais au marché Jean-Talon. Ça me remontait le moral. Aujourd’hui, si ça m’arrive, c’est qu’on m’a reconnue… (rires) »

En contrepartie, elle croit que l’un des avantages de cet âge, c’est de ne plus être dans la comparaison. « Dans mon métier, quand on est plus jeune, il y a beaucoup de filles et beaucoup de compétition. À 50 ans, notre chemin est tracé, notre style est établi et la comparaison n’a plus sa raison d’être. Je ne suis ni compétitive ni jalouse. J’ai toujours été heureuse pour mes consoeurs qui décrochaient des rôles. Je n’ai jamais été une jeune première, ce n’était pas mon casting, mais j’ai joué des pulpeuses : Marilyn Monroe, Carmen, tout ce que j’aime ! J’ai été gâtée par le métier. C’est évident que dans ce cas, c’est plus facile de vieillir en harmonie. On n’échappe pas au vieillissement. Comme le dit ma mère : « C’est la seule justice au monde »… Le fait d’être passionnément en amour m’aide à passer au travers la cinquantaine. »

Vie de couple et vie de mère

Depuis huit ans, ce couple qu’elle forme avec le poète Christian Vézina s’inscrit dans une grande modernité : c’est chacun chez soi. Ces deux créateurs ont besoin d’espace, d’oxygène, de liberté.

« Être poète, ça demande du courage ! dit-elle, admirative.  Même si Christian a quitté Québec pour s’installer à Montréal, nous vivons chacun de notre côté. Il a son fils à temps plein, sa fille vit avec sa mère à Québec. J’ai un fils de 15 ans, Edmond. Nous ne voulons rien imposer à nos enfants. Si on était un jeune couple et qu’on songeait à avoir des enfants, ce serait différent. Si un jour nous nous rapprochons, ce sera peut-être pour habiter l’un au-dessus de l’autre ou pour avoir une maison de campagne ensemble. Christian et moi avons besoin de notre espace et nous le savons. Ma chambre est mon univers. Mon lit est mon lieu de travail : j’y relis mes textes, j’y écoute les chansons de Pauline Julien. Pendant ce temps, mon fils est au sous-sol, son antre de paix. Je ne fais rien subir à personne et je crois que c’est mieux comme ça. »

Avec son adolescent, la comédienne a tissé une relation forte. C’est avec fierté qu’elle le regarde s’épanouir. « C’est un être absolument charmant ! Il a obtenu un prix Méritas pour son comportement et son attitude en classe. C’est un être très particulier, libre, ouvert, sensible. Il danse toujours chez Louise Lapierre où il est Boursier 3. Il fait de la vidéo, c’est aussi un gamer. Il n’est pas attiré par les partys. Avec un adolescent, je crois qu’il faut continuer à être présent tout en laissant beaucoup de liberté. Lorsque j’entends des parents me parler du Terrible Two, je leur suggère de préserver leur énergie pour faire face à l’adolescence… (rires) »

Le lien avec ses parents

Proche de son père, Maude s’amuse gentiment des longs messages qu’il lui laisse dans sa boîte vocale. « Il m’appelle Minou. Il me raconte toutes sortes d’anecdotes. Mon père, c’est un personnage ! Il est vraiment très drôle. Il est toujours fier de dire aux gens qu’il est mon père et de me rapporter qu’Untel lui a parlé de moi. Il est encore étonné que les gens connaissent sa fille… »

Sa mère vit quelque chose de difficile. « Elle est atteinte de démence. Cette année, c’était la première fois qu’elle ne venait pas me voir au théâtre. Elle habite en haut de chez ma sœur, qui prend tous ses repas avec elle. Heureusement ! Sans ma sœur, ma mère serait placée. C’est difficile de la voir dépérir, surtout parce que je n’ai pas eu une grande relation avec ma mère. Je sais qu’il n’y a plus de retour possible… »

Une belle année au programme

Maude enchaînera les projets en 2018. Du 21 mars au 18 avril, elle sera de la pièce Le Songe d’une nuit d’été, au théâtre Denise-Pelletier (denise-pelletier.qc.ca), puis participera à une tournée de 70 spectacles dès juillet avec Les Belles-sœurs (spectacle.ca/les-belles-sœurs). Celle qui y tenait le rôle de Pierrette sera cette fois-ci Germaine Lauzon.

On la verra dans un film de Sophie Dupuis, Chien de garde, dans lequel elle joue une mère alcoolique. « Je suis très fière de ce film coup de poing. C’est un très beau film, mais très dérangeant. »

Elle partagera la scène avec son amoureux, le poète Christian Vézina, aux Correspondances d’Eastman dans Ils ne demandaient qu’à brûler, un spectacle hommage à Pauline Julien et Gérald Godin, qu’elle voudrait bien balader aux quatre coins du Québec. « Mon chum dit les textes de Godin et j’interprète les chansons de Julien. Nous travaillons souvent en collaboration, lui et moi. Nous nous sommes connus au travail et c’est une partie importante de nos vies. C’est vraiment extraordinaire d’avoir une relation qui comporte autant d’amitié, de travail, de créativité. À certains égards, nous ressemblons à Godin et Julien, qui formaient un couple dans la création. »

 

Photo : Bruno Petrozza – Maquillage : Sarah Blanc