VIRAGE
Marc Hervieux : « Je me sens sur mon X »
Marc Hervieux : « Je me sens sur mon X »
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

Trois filles, deux tournées, un nouvel album et un mariage à venir : la vie semble sourire à Marc Hervieux. Portrait d’un homme heureux, à l’aube de ses 50 ans.

18 coups de cœur

Le chanteur nous présente Nos chansons, un opus plutôt irrésistible. Dans cet album piano-voix, Marc Hervieux revisite des indémodables de la chanson française et québécoise, de même que des pièces classiques. Au total, ce sont 18 coups de cœur suggérés par le public.

« Nous avons mis tout notre cœur à le faire, soutient le chanteur. J’avais déjà une liste bien garnie de pièces qui m’étaient demandées. Je l’ai ressortie et j’ai demandé au public sur les réseaux sociaux ce qu’il avait envie d’entendre. On m’a proposé 230 titres, j’ai reçu des centaines de messages ! Puis, j’ai eu l’idée d’inviter les gens au studio Piccolo lors de l’enregistrement de l’album, comme s’ils assistaient à un spectacle. »

Marc Hervieux propose deux tournées (voir marchervieux.com), l’une piano-voix et l’autre avec huit musiciens. « Ça permet de faire de grandes et de petites salles », dit-il. Il sera d’ailleurs en spectacle dans le cadre du Congrès provincial FADOQ, le 12 juin, à Stanstead. « Une salle où je chanterai pour la première fois et que j’ai bien hâte de découvrir. »

Un retour d’ascenseur

Il y a bientôt 10 ans, malgré une carrière de ténor bien remplie et jalonnée de succès, Marc Hervieux a choisi de quitter l’opéra. « Avant 2009, je voyageais partout à travers le monde. Depuis, j’ai concentré ma carrière ici. Je n’ai jamais regretté mon choix. C’est plus simple à gérer sur le plan familial. »

Il ajoute : « Quand on choisit de faire ce métier, on ne peut pas imposer notre façon de vivre aux gens qui nous entourent. Lorsque les filles étaient petites, c’était facile : elles voyageaient avec nous. À partir du moment où chacun a sa propre vie, c’est plus difficile. J’avais plusieurs projets en tête que je n’arrivais pas à mettre de l’avant parce que j’avais la chance d’avoir une carrière qui fonctionnait bien à l’opéra. Pendant tout ce temps, Caro a mis sa carrière de côté à cause de la mienne et parce qu’il fallait prendre soin de nos enfants. Dès que les filles ont été sur les bancs d’école, Caro est retournée aux études. Elle est orthophoniste depuis l’été dernier. Je suis très heureux pour elle. »

De multiples passions

Avec trois filles âgées de 11, 13 et 17 ans, la vie intime du chanteur occupe une place de choix. « Nous faisons beaucoup d’activités en famille : voyages, sports nautiques, chalet. Dans la vie, j’ai bâti des maisons. J’adore ça ! Les chalets que nous avons eus, c’est moi qui les ai rénovés. Ça me permet d’oublier tout le reste. J’ai toujours géré ma carrière. Je suis le producteur, l’homme d’affaires et l’artiste. Pour moi, ça marche. Les filles sont incroyablement ouvertes sur la culture et l’art. Elles en consomment en masse, participent à des comédies à l’école, jouent du piano. Nous chantons beaucoup en famille. Chez nous, la maison est à aire ouverte au rez-de-chaussée. Le piano à queue est en plein centre et nous sommes toujours autour. »

Un mariage à l’automne

L’année dernière, dans un contexte grandiose, Marc Hervieux a fait la grande demande à sa compagne des 21 dernières années. Le mariage se déroulera en septembre prochain. « C’est vraiment la pression des filles qui nous a convaincus. C’était devenu un running gag : que nous soyons devant la tour Eiffel ou un beau paysage, les filles me rappelaient toujours que c’était le bon moment pour faire ma demande. Et à chaque fois, je leur répondais que ce n’était pas assez big. »

Puis, l’idée lui est venue de la faire au Centre Bell devant 12 000 personnes. « Heureusement qu’elle a dit oui ! (rires) Le mariage pour nous, c’est surtout pour organiser un gros party, célébrer avec les filles, dire aux gens que nous nous sommes choisis. Si nous nous étions mariés il y a 21 ans, nos filles auraient manqué ça. Maintenant, Loïane, Cloé et Maxime-Rose font partie du processus… »

La belle cinquantaine

Marc Hervieux atteindra la cinquantaine en 2019. C’est avec une grande sérénité qu’il aborde cette étape. « Les temps ont changé. Lorsque j’étais enfant, les adultes semblaient vieillir plus rapidement. Je me sens encore comme à 25 ans. Très humblement, je considère avoir réussi : je fais ce que j’aime dans la vie et j’ai des projets qui fonctionnent bien, mais je me demande encore ce que je vais faire lorsque je serai grand… (sourire) J’ai plusieurs intérêts, je suis curieux. À chacun son énergie. J’ai la chance d’en avoir beaucoup. Chacun a sa personnalité. Mes trois filles sont très différentes. En tant que père, je me suis remis en question. J’ai réalisé que je ne pouvais pas attendre la même chose des autres… »

Et pour la suite des choses ?

Les chanteurs songent-ils à se retirer un jour ou l’autre ? Doivent-ils renoncer à leur passion en vieillissant ? Pas nécessairement, nous dit Marc. « J’ai été chanceux : on m’a enseigné une technique vocale très solide. Quand on chante comme il faut, sans pousser notre voix outre mesure et qu’on choisit le bon répertoire, on peut chanter longtemps. À titre d’exemple, Placido Domingo chante encore sur scène à bientôt 80 ans. Si je suis encore capable de faire des spectacles à cet âge, je serai bien fier… Je me sens sur mon X. »

Si tout semble réussir au chanteur, il nuance avec sagesse : « Comme tout le monde, je vis des hauts et des bas. Comme tout le monde, je préfère montrer les hauts que les bas. Les moments difficiles, c’est ce qui nous fait grandir et devenir des êtres humains meilleurs. »

 

Photo : Bruno Petrozza