VIRAGE
« Je veux exister encore dans ce métier »
4.25 avg. rating (83% score) - 16 votes

Ceux qui se sont ennuyés de Sonia Vachon seront heureux d’apprendre qu’elle effectue un retour en force au grand et au petit écrans. L’actrice, qui carbure à l’amour du public, s’apprête à vivre une autre grande déferlante d’affection à son égard!

Le privilège d’être choisie

Malgré ses années d’expérience, Sonia s’extasie encore d’être choisie au sein de ce métier. De toute évidence, elle en est à l’étape où l’on pense à elle pour certains rôles, sans même qu’elle ait à auditionner.

« C’est vrai que ça peut arriver, admet-elle, mais c’est quelque chose de très rare au Québec. Je peux compter sur mes doigts les rôles qu’on m’a offerts durant ma carrière… »

Actuellement au grand écran dans Menteur, c’est sur l’invitation du réalisateur Émile Gaudreault qu’elle a accepté de tenir le rôle de Martine, l’adjointe de Louis-José Houde qui incarne Simon, un menteur compulsif qui verra ses mensonges prendre forme dans la réalité!

« Qu’on m’offre un rôle, c’est une chose, mais qu’en plus, Émile me dise qu’il l’a écrit en pensant à moi? Ça m’a fait fondre comme une guimauve, admet-elle. Émile est un rassembleur qui fait l’unanimité. On peut se fier sur lui. Quand il dit que c’est bon et qu’il a sa prise, il ne le dit pas juste pour faire plaisir ou parce qu’on est en retard sur le tournage. Il pense ce qu’il dit. Je me trouve vraiment chanceuse : outre le fait qu’Émile ait pensé à moi pour ce rôle, j’ai deux autres projets dont je ne peux pas parler pour le moment et pour lesquels on m’a aussi appelée… »

Menteur : une comédie légère

Quant au long métrage Menteur qui tient l’affiche actuellement, l’actrice ne tarit pas d’éloges à son sujet. « C’est une belle comédie, nous dit Sonia. Je suis convaincue que c’est l’un des meilleurs films de l’année. La brochette d’acteurs est extraordinaire ! Tout le monde est drôle. Ça peut être un prétexte pour passer un bon moment en famille et discuter ensuite du mensonge. Je pense que ça permet de réfléchir sur le sujet. Comme je le dis toujours, il y a des mensonges qui sont précieux, qui valent la peine. Ce sont des mensonges pieux ou des mensonges blancs. Mais il y en a d’autres qui peuvent détruire. Ceux-là sont malsains. Personnellement, je compte aller voir le film avec mes enfants et aller manger une crème glacée ensuite pour en discuter… »

Jouer par besoin

Compte tenu de sa longue carrière, Sonia songe-t-elle parfois à trier les projets sur le volet et à ralentir la cadence? « C’est vraiment une bonne question, dit-elle, pensive. Je me la suis posée il y a quelques semaines. J’en ai déduit que j’ai besoin de jouer. Dans certains métiers, on a hâte de prendre sa retraite. Dans d’autres, on a besoin de le pratiquer et ce besoin ne semble pas s’estomper. C’est mon cas. Je ferai mon arrivée dans 5e rang à l’automne. Si on me disait que le projet allait durer 10 ans, je serais tellement heureuse ! Mais comme ça n’existe plus des projets de 10 ans, si je pouvais jouer pendant les 5 prochaines années, je serais comblée. C’est précieux pour moi de pouvoir jouer. J’en ai besoin. Je veux exister encore dans ce métier. À part dans Les Pays d’en haut, on ne me voit pas au petit écran actuellement. Je me fais demander régulièrement à quel moment on me reverra à la télé… Je suis heureuse de le dire : j’étais moins présente, mais là, je suis de retour. »

L’amour du public

Si vous demandez à Sonia Vachon à quoi elle carbure, elle répondra sans hésitation : à l’amour du public. Elle explique : « J’aime le public et le public me rend cet amour au centuple. Je reçois des compliments à tous les jours. Je me fais dire des choses extraordinaires. Mais vraiment extraordinaires! Parfois, c’est difficile : ce sont de grandes charges d’émotions… Je n’ai jamais été présente sur les réseaux sociaux, car je ne veux pas me perdre. Je me confie facilement. Je ne cache rien. Je dis tout. Je serais malheureuse de ne pas pouvoir répondre à tout le monde. Et si quelqu’un m’envoyait promener ou me critiquait, je serais détruite… C’est par mesure de protection que je me tiens loin des réseaux sociaux. Ne pas y accéder, c’est le plus grand geste de protection que j’ai posé envers moi-même dans ma vie. Je n’ai jamais été bonne pour me protéger… C’est quelque chose que j’ai appris à faire avec le temps. »

On peut voir Sonia Vachon dans Menteur actuellement en salle. Elle sera de 5e rang à la rentrée. On la reverra aussi dans Les Pays d’en haut.

Photo : Julie Perreault