VIRAGE
 « Grand-mère, un rôle absolument formidable »
5.00 avg. rating (83% score) - 1 vote

À 55 ans, déjà grand-mère cinq fois, Chantal Fontaine déguste goulûment le bonheur qui accompagne cette étape de vie. D’autant plus que la comédienne vit maintenant sous le même toit que sa fille et trois de ses petits-enfants. Un style de vie qui garde jeune…

Actrice et entrepreneure, Chantal Fontaine a connu de grosses années professionnelles. Si elle poursuit sa carrière au petit écran, elle a toutefois fermé son restaurant l’année dernière. « Je suis fière du personnage que je défends dans L’Échappée, au Réseau TVA, dit-elle. J’ai connu des années bien remplies, notamment lorsque j’incarnais Virginie. À 55 ans, je continue à avoir envie de jouer. Je suis dans une belle période, sans bataille intérieure… »

Des jumeaux, puis des jumelles !

Il faut dire que ces dernières années, la vie lui a distribué un super beau rôle : celui de grand-maman. L’histoire familiale de Chantal n’est pas banale puisqu’en trois ans et demi, 5 petits-enfants se sont ajoutés à sa famille.

« J’ai été grand-mère pour la première fois à 51 ans, lorsque mon fils est devenu père de jumeaux, rappelle-t-elle. Mon chum et moi n’avons jamais eu d’enfant ensemble, mais les jumeaux sont devenus « nos » petits-enfants. Spontanément, nous avons confirmé que nous voulions tous deux apporter notre aide à la famille, être présents. Nous sommes tombés en amour avec nos petits ! Puis, ma fille a eu une fille et, 22 mois plus tard, elle accouchait de jumelles… »

Trois générations sous le même toit

Peu avant la pandémie, Chantal et sa fille ont acheté un triplex. Des rénovations majeures y ont été effectuées pour le transformer en duplex multigénérationnel, juste à temps pour la naissance des jumelles.

« Nous avions déjà parlé de ce mode d’habitation lorsque mon fils attendait ses jumeaux, mais le fruit n’était pas mûr. Cette fois, c’est rapidement devenu une évidence pour ma fille Camille et son chum, mon amoureux et moi. Le timing était parfait. Camille vit au rez-de-chaussée avec sa famille et moi à l’étage avec Robert. J’étais consciente que ma fille allait avoir besoin d’aide, mais je voulais continuer à vivre dans mes choses. »

« Nous montons/descendons 20 fois par jour, parfois même en gougounes quand les températures frisent les -20 °C ! (rires). Si j’avais passé la pandémie dans mon condo, à dix minutes à pied de mon restaurant fermé et sans avoir la possibilité de voir qui que ce soit, je me serais desséchée comme un vieux pruneau », blague-t-elle.

Les avantages de cette situation se sont décuplés depuis la pandémie. « Nous faisons partie de la même bulle. En ces temps difficiles, c’est énorme ! Ma bulle est vivifiante ! Ça me stimule, ça me fait sourire 100 fois par jour. Cette belle aventure prend une grande place dans mon cœur… Les maisons multigénérationnelles sont tendance et je comprends pourquoi : tout le monde y gagne. À cette étape-ci, j’aide ma fille, mais dans 20 ans, c’est peut-être moi qui aurai besoin d’aide… »

À long terme

Ce temps que Chantal offre à la famille laisse aux parents la possibilité de souffler un peu. « Je prends la relève si ma fille doit aller reconduire la petite à la garderie, je change des couches, donne des biberons, prépare des purées, fais de la lessive, donne le bain à l’aînée. J’amène les enfants à l’extérieur en poussette. Chaque jour, j’apporte mon soutien. »

Ce style de vie procure également une bonne dose de stabilité. « Je ne lui ai pas donné un coup de main pendant un mois avant de repartir chez moi. L’aide s’inscrit sur le long terme. »

On imagine la chance pour ces petites d’avoir un lien tricoté serré avec leurs grands-parents. « J’espère qu’elles viendront faire leurs devoirs chez mamie et grand-papa. Je crois que notre apport enrichit leur vie. »

La comédienne aux multiples rôles marquants souhaite s’impliquer, faire une différence. « Personnellement, je ne laisse pas mes petits-enfants faire tout ce qu’ils veulent. Je souhaite incarner un modèle positif à leurs yeux, être une grand-mère attentionnée, qui prend soin d’eux et les aide à s’épanouir de manière harmonieuse. »

À 55 ans, mamie Chantal profite de chaque moment. « On dirait que lorsqu’on est grand-parent, le temps file encore plus rapidement ! C’est un rôle absolument formidable. Ça garde le cœur jeune. Ces heures passées avec les petites sont précieuses. Elles grandissent, leur personnalité se dévoile. Les trois filles de ma fille sont dans ma bulle, mais j’ai hâte de pouvoir passer du temps avec les jumeaux de mon fils qui ont maintenant quatre ans. Ils me manquent terriblement ! »

De beaux modèles

Chantal a elle-même eu la chance de grandir auprès de ses grands-parents paternels et elle en conserve de bons souvenirs. « Comme j’étais dans les plus jeunes petits-enfants et que maman était très malade, j’ai longtemps été gardée par un oncle et une tante qui étaient très près de mes grands-parents. J’ai eu le privilège de bien les connaître. J’allais à leur chalet durant l’été. J’ai passé des heures à pêcher dans une chaloupe avec mon grand-père, à être bercée devant le feu de foyer, à écouter ma grand-mère jaser avec sa fille ou la visite. C’était profondément sécurisant… »

Photo : Melany Bernier

 Maquillage : Véronique Prud’homme