VIRAGE
Fabuleux Bégin
Fabuleux Bégin
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

L’été 2017 sera à oublier côté météo. Christian Bégin, lui, s’en souviendra comme d’une période très gratifiante : premier rôle très remarqué dans Le problème d’infiltration, vif succès de Y’a du monde à messe, tournage de la 10e saison de Curieux Bégin, etc. Et l’automne s’annonce à l’avenant pour cet ambassadeur des Journées de la culture.

À leur 21e édition, les Journées de la culture, du 29 septembre au 1er octobre, comptent sur une équipe de six ambassadeurs pour mettre à l’honneur le patrimoine culturel. Tout naturellement, Christian Bégin est associé à un projet lié au patrimoine culinaire. Il s’agit d’un appel à tous pour recueillir des recettes traditionnelles, saupoudrées d’histoires familiales et de photos d’archives. Pour transmettre les trésors culinaires de votre famille, il suffit de remplir le formulaire en ligne au lesrecettesdefamilles.ca, au plus tard le 15 décembre. Ce grand projet mènera à la publication d’un ouvrage réunissant une centaine de recettes.

« J’ai perdu ma mère il y a quelques mois et je n’avais pas pris le temps de lui demander comment elle faisait sa sauce à spaghat. Même chose avec la sauce qui accompagnait le rosbif du dimanche de ma grand-mère, que je n’ai jamais réussi à reproduire. Beaucoup de gens vivent cette situation et bien des recettes familiales disparaissent ainsi dans les craques de notre présent trop pressé. C’est dans cet esprit-là que les Journées de la culture se tournent vers la population pour conserver ce précieux patrimoine », explique Christian Bégin.

Dis-moi ce que tu manges…

Pour lui, il ne fait aucun doute que les recettes familiales font partie intégrante du patrimoine culturel québécois. « Nos recettes parlent de nous. D’ailleurs, quand je voyage, le premier endroit où je vais est au marché public, car la façon la plus accessible et le plus éclatante sensoriellement parlant de comprendre un peuple, c’est d’être en contact avec ce qu’il mange. »

Il fait valoir que derrière chaque recette familiale, il y a une histoire rattachée à un moment, un lieu, un contexte. « Les recettes familiales nous mettent souvent sur la piste des souvenirs olfactifs, gustatifs et émotifs de notre enfance. »

Un Québec curieux de son terroir

Cela l’amène à se réjouir de l’attitude des Québécois, qui sont de plus en plus conscients de l’importance de s’intéresser à ce qui est produit ici et d’en être fier, entre autres en fréquentant les marchés publics.

« La survie de notre identité passe par une certaine autonomie alimentaire et il faut favoriser ça, même si parfois ça implique de mettre la main dans sa poche pour payer un peu plus cher. »

Une pluie de reconnaissance

Par ailleurs, Christian Bégin revient sur le point d’orgue des derniers mois, Y’a du monde à messe, phénomène télévisuel de l’été au Québec.

« En 31 ans de carrière, jamais on ne m’a parlé autant de quelque chose que de cette émission-là. Les gens me disent que ça leur fait du bien, qu’ils avaient besoin d’une émission proposant des rencontres plus substantielles même durant l’été, saison davantage associée à la légèreté et au divertissement. Pour une émission présentée à Télé-Québec, les cotes d’écoute ont été énormes. De plus, le succès du film Le problème d’infiltration fait en sorte que mon travail est particulièrement reconnu en ce moment et ça me fait plaisir. »

Cet automne, les foodies pourront savourer une 10e saison de Curieux Bégin. De plus, Christian Bégin retournera à l’ordinateur pour travailler à son roman qui mettra en scène les mêmes personnages que la pièce de théâtre Pourquoi tu pleures?, dont il est l’auteur, mais avant les événements qui, dans la pièce, déchirent la famille.

Tous aux Journées!

Pour préparer votre itinéraire parmi les milliers d’activités proposées lors des Journées de la culture : journeesdelaculture.qc.ca

Photo : Monic Richard