VIRAGE
Des emplettes solidaires
Des emplettes solidaires
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

La cohue du temps des fêtes vous amène à rechercher les véritables valeurs de Noël ? Et si vous appliquiez aussi la réflexion à l’incontournable liste de cadeaux en lui donnant un sens. Bref, si vous magasiniez pour encourager…

Si vous avez l’impression de courir dans les mêmes centres commerciaux depuis des lustres pour acheter les mêmes objets, les mêmes produits, ou pire, acheter juste pour acheter parce que vous ne savez plus quoi offrir, si le magasinage des cadeaux de Noël ressemble davantage à une corvée qu’à une célébration, il est peut-être temps de réajuster le tir pour magasiner autrement. Profitez de cette période d’amitié, de rapprochements et d’espoir, pour encourager. Comment ? Suivez la piste !

Encourager les artisans de chez nous

Les globetrotteurs connaissent les marchés de Noël de Prague, de la Bavière ou de Londres. D’abord un concept européen, ces marchés poussent partout au Québec depuis quelques années. Une bonne façon de stimuler l’économie locale et de permettre la survie de petits entrepreneurs. Le décor, les sapins et les illuminations contribuent à la féérie et à l’ambiance festive. On y offre généralement de l’artisanat et des produits du terroir : du vin, des bijoux, des articles de décoration fabriqués par les artisans et producteurs de la région. On en trouve notamment à l’Assomption (marchedenoeldelassomption.ca), à Joliette (marchesdenoeljoliettelanaudiere.com), à Longueuil (vieuxmetiers.ca), à Trois-Rivières (marchedenoeldetroisrivieres.qc.ca) ainsi qu’au Musée des civilisations de Gatineau.

Les artisans de chez nous ont également l’habitude de tenir salon avant Noël : il y a entre autres le Salon des métiers d’art de Montréal, à la Place Bonaventure, du 6 au 22 décembre et le Salon des artisans de Québec, au Centre de foires de Québec, du 12 au 22 décembre.

Encourager la philanthropie

Au Palais des congrès de Montréal, du 28 novembre au 8 décembre, les exposants du Marché Casse-Noisette des Grands Ballets canadiens versent 10 % de leurs ventes au Fonds Casse-Noisette pour enfants qui permet à des jeunes défavorisés d’assister gratuitement à ce spectacle traditionnel du temps des fêtes. Une façon de jumeler le marché de Noël et la philanthropie. On y trouve des bijoux, des gourmandises, des jouets et bien d’autres choses. La majorité des produits sont créés au Québec et au Canada. Au marchecassenoisette.com, on peut faire sa liste à l’aide de photos, de descriptions et de liens avec les pages Web des exposants.

Déposer sous le sapin des cadeaux qui non seulement réjouissent leurs destinataires mais, qui soutiennent aussi des organismes communautaires, c’est multiplier les plaisirs et les retombées positives. Comment ? En offrant, par exemple, les produits fins du terroir québécois des Distributions l’Escalier, une entreprise d’insertion à l’emploi qui aide de jeunes adultes avec des difficultés professionnelles ou personnelles à se reprendre en main. Où ? Lors de la vente d’entrepôt au 4455, rue de Rouen à Montréal, du 5 au 7 décembre ou en tout temps à la Boutique aux champêtreries du marché Maisonneuve, dans l’est de Montréal.

Autre piste : la multitude d’entreprises d’économie sociale présentes dans plusieurs villes du Québec. Certaines tiennent des ateliers d’artisanat ou autres produits, fabrication de petits meubles, de bijoux, de jeux de société…

Encourager la créativité

L’ère numérique a placé la photographie au premier plan des réflexes d’une multitude de personnes de tous les groupes d’âge. Il se prend aujourd’hui des milliards de photos et tout un chacun documente son quotidien en images sur les médias sociaux. Aller au-delà du « clic-clic » boulimique, quelle belle voie vers la créativité ! Que l’on peut encourager en offrant un cours de photographie ou un abonnement à un magazine spécialisé qui incitera peut-être une certaine démarche artistique vers des photos qui sauront raconter une histoire ou surprendre par leur originalité.

Et pour susciter une utilisation créative de ces milliers d’images, on pourrait offrir un nécessaire de collimage ou encore de jolis cadres. Une visite dans un magasin de matériel d’art et d’artisanat peut par ailleurs s’avérer inspirante pour les présents de plusieurs êtres chers chez qui on aura décelé un talent qui ne demande qu’un encouragement pour s’épanouir. Par exemple ? Un coffret de démarrage pour artiste peintre, un cahier de croquis, des livres sur le tricot ou la fabrication de cupcakes ou de macarons, de beaux cahiers où s’ébaucheront, qui sait, un roman à succès ou de magnifiques poèmes.

Autre idée créative tout à fait dans l’air du temps : les bijoux montés à partir de billes de verre, de bois ou autres pierres. Un monde presque infini à explorer pour créer bracelets et colliers qui parlent de soi. On trouvera les billes à plusieurs endroits et à prix variés. La destinataire du cadeau pourra ensuite en acheter d’autres à l’unité selon les événements, puisque certaines billes rappellent une naissance, un choix de carrière, une passion, un voyage, etc.

Encourager les comportements écologiques

On peut aussi offrir un cadeau porteur de sens, qui ne risque pas de rejoindre d’autres objets inutiles dans le fond d’une armoire. Pensez notamment à une sortie culturelle : billets de spectacle ou abonnement à un musée. À un bon-cadeau personnalisé pour un coup de main : gardiennage, pelletage, accompagnement chez le médecin, travaux d’entretien ou de rénovation. À une journée de plein air toutes dépenses payées pour vos petits-enfants, à un dîner mensuel pendant un an avec un aîné souffrant de solitude. À un panier d’osier rempli de gourmandises que vous aurez fabriquées vous-même, ou à une compilation reliée des meilleures recettes familiales.

Pourquoi pas un jouet usagé, encore en bon état, capable d’amuser un autre enfant ? À Québec, on en trouvera chez Réno-Jouets (reno-jouets.ca), dans le parc Colbert.

Posez-vous aussi ces quelques questions si vous voulez magasiner pour encourager les comportements écologiques : le cadeau que me j’apprête à acheter est-il utile, fabriqué au Québec, encourage-t-il la culture ou la simplicité volontaire, existe-t-il en version deuxième vie ou recyclée, encourage-t-il le destinataire à bouger, est-il biologique, équitable, durable et non polluant ?

L’idée de magasiner pour encourager, c’est également de s’encourager soi-même en y prenant plaisir afin que les emplettes fassent aussi partie de la fête.