VIRAGE
Charlevoix, la savoureuse
Charlevoix, la savoureuse
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

La région de Charlevoix sait charmer les peintres, les poètes, les écrivains… et les palais les plus délicats. Cette région de mer et de montagnes, située à l’est de Québec, est devenue une véritable référence dans les secteurs de l’agrotourisme et de la fine cuisine. C’est d’ailleurs dans Charlevoix qu’a été créée, en 1996, la première Route des saveurs au Québec, qui compte aujourd’hui quelque 40 arrêts.

Un lien très étroit unit les producteurs et les chefs cuisiniers de la région. Les uns font découvrir aux visiteurs de passage les secrets de la ferme et de la transformation, alors que les autres usent d’audace et de créativité pour créer des mets qui mettent en valeur ces produits.  

40 délicieux arrêts

Plusieurs producteurs, des Charlevoisiens pure laine, poursuivent ou réinventent la tradition de la ferme familiale. D’autres, qui ont adopté la région, développent des productions ou des élevages originaux, en accord avec le terroir régional. Yves Huppé et Line St-Pierre par exemple, ont acheté en 2003 la vieille forge d’Arthur Tremblay aux Éboulements et l’ont transformée en chocolaterie. S’inspirant de la tradition belge, ils fabriquent une cinquantaine de variétés de chocolats, dont certains font honneur aux produits de la région.

La fabrication du fromage dans Charlevoix remonte à plusieurs générations. À Baie-Saint-Paul, la Laiterie Charlevoix est dirigée par la quatrième génération de la famille Labbé. Cette dernière a réintroduit la vache canadienne dans les pâturages de la région et mis en place une production laitière de qualité première, avec laquelle sont fabriqués des cheddars frais et vieillis et fromages à pâte molle. Sur place, l’Économusée du fromage raconte l’histoire de cette entreprise fondée par Stanislas Labbé. À Baie-Saint-Paul toujours, Maurice Dufour a repris la ferme paternelle pour fonder la Maison d’affinage Maurice Dufour, qui se spécialise dans la production de fromages fins. L’entreprise a acquis une réputation enviable au Québec : Migneron, Ciel de Charlevoix, Deo Gratias, Tomme d’Elles, Secret de Maurice…

Par ailleurs, la famille Pednault possède à l’Isle-aux-Coudres de grands vergers de pommes, poires, prunes et amélanchiers…. et transforme ces fruits en vinaigres, gelées, miels, confitures, mistelles, cidres de glace et cidres apéritifs.

La région de Charlevoix compte aussi bon nombre de fermes marginales qu’il est possible de visiter : des émeus à Saint-Urbain, des chevreaux à Saint-Hilarion, des canards destinés à la production de foie gras et autres dérivés, à Saint-Urbain, des lapins, pintades, cailles et faisans de chasse à Baie-Saint-Paul… Il y a aussi des poissons frais et fumés, dont ceux du pêcheur Daniel Girard, à Clermont.

De pain béni !

La tradition de la boulangerie artisanale est aussi bien vivante dans cette région. Il y a notamment la boulangerie Pains d’exclamation, à la Malbaie. La boulangère Josée Gervais produit de succulents pains au levain avec la farine du Moulin patrimonial des Éboulements. Quant à la boulangerie Bouchard de l’Isle-aux-Coudres, elle est reconnue depuis 60 ans pour ses fameux pâtés croches. Demandez à la boulangère de vous en raconter l’origine.

Et vous n’êtes pas au bout de vos découvertes sur cette Route des saveurs. De retour à la maison, vous étonnerez vos proches avec un vin apéritif de tomate unique, produit par Pascal Miche, à Baie-Saint-Paul, des betteraves jaunes et patates bleues cultivées dans le rang des Éboulements-Centre…

Tourisme-charlevoix.com, 1 800 667-2276

Photo : Robert Chiasson