VIRAGE
Tout sur la dégénérescence maculaire liée à l’âge
Tout sur la dégénérescence maculaire liée à l’âge
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), est une maladie dégénérative de la partie centrale de la rétine. Après 75 ans, elle touche une personne sur quatre. Elle évolue silencieusement durant de longues années mais les lésions sont irréversibles, d’où l’importance d’un dépistage et d’une prise en charge précoces.

La DMLA affecte de façon irréversible la partie centrale de la rétine, appelée « macula », indispensable à la vision précise (lecture, écriture, reconnaissance des visages, conduite, etc.) Cette affection est liée à l’âge, avec une fréquence qui augmente à partir de 50 ans. On estime actuellement à plus d’un million le nombre de personnes au Canada atteintes de DMLA, un chiffre qui devrait doubler d’ici 20 ans en raison du vieillissement de la population.

Des signaux d’alerte à suivre de près

Progressivement, la vision centrale des personnes touchées par la DMLA se détériore, perturbant la vision de près et limitant fortement les activités quotidiennes (regarder la télé, lire, écrire, bricoler, coudre…) En revanche, la vision périphérique est préservée, ce qui permet aux patients de s’orienter, de se déplacer et de conserver une certaine autonomie, par exemple pour s’habiller et manger.

Gêne visuelle, sensation d’éclairage insuffisant, apparition d’un « scotome » ou petite tache sombre centrale, vision déformée ou gondolée, baisse rapide de la vision ainsi que difficultés à distinguer les lettres et les chiffres sont les principaux signes de la DMLA.

Un dépistage tous les ans à partir de 55 ans

Le dépistage repose sur une consultation chez l’optométriste tous les ans à partir de 55 ans, à la moindre anomalie ou en cas de baisse visuelle. L’examen réalisé est un fond d’œil, à la recherche d’anomalies signant une DMLA. Quant au diagnostic, il passe par une angiographie rétinienne pour guider le traitement.

Par ailleurs, en cas d’antécédents familiaux, le dépistage annuel de la DLMA doit débuter dès 50 ans. En effet, les antécédents familiaux de DMLA multiplient par deux ou même par quatre le risque de développer une DMLA.

Prévenir la DMLA, c’est possible !

Une protection constante contre les UV et une bonne nutrition joueraient un rôle important afin de prévenir la DMLA. On recommande aussi de mener une vie saine en maintenant sa tension artérielle basse, en diminuant sa consommation de matières grasses et en s’abstenant de fumer. Un régime à haute teneur en antioxydants, comme le bêta-carotène, les vitamines C et E, le zinc, la lutéine, la zéaxanthine et le sélénium peuvent aussi aider à prévenir la DMLA. On peut trouver la plupart de ces antioxydants dans les fruits et dans les légumes verts.

Malheureusement, on ne sait pas guérir cette maladie. En revanche, on peut freiner son évolution à condition de la dépister suffisamment tôt. C’est pourquoi le dépistage annuel à partir de 55 ans – ou dès 50 ans en cas d’antécédents familiaux de DMLA – est essentiel.

Source : Association canadienne des optométristes