VIRAGE
Les leçons de L’Isle-Verte
Les leçons de L’Isle-Verte
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

La tragédie de L’Isle-Verte a laissé toute une société triste et en colère. Il ne faut pas laisser s’essouffler le vent de sympathie envers les aînés occasionné par ce triste événement. Le Réseau FADOQ appelle dès maintenant toute la société à porter un regard objectif sur la situation globale des aînés. Car pendant qu’on polarise notre attention sur le seul cas de L’Isle-Verte, la qualité de vie de milliers de personnes âgées est rudement mise à l’épreuve, dans l’indifférence généralisée.

Au moment d’aller sous presse, les causes exactes de la tragédie de L’Isle-Verte n’étaient pas encore connues. De façon plus générale, on montrait notamment du doigt l’absence de gicleurs et un personnel de nuit limité pour prendre soin de gens âgés en perte d’autonomie, des conditions qui sont le lot quotidien de centaines de résidences en règle hébergeant des milliers d’aînés.

« Cette tragédie nous a tous profondément bouleversés et le Réseau FADOQ est de tout cœur avec les familles des défunts et toute la communauté. Il est essentiel de trouver les causes du sinistre afin d’empêcher qu’un tel drame humain ne se reproduise. Mais, bien que des changements législatifs soient souhaitables pour prévenir d’autres catastrophes du genre, il faut aller plus loin car la santé et la sécurité de nos aînés sont menacées de plusieurs façons », fait valoir Maurice Dupont, président du Réseau FADOQ.

Trop d’aînés démunis

En effet, tous les jours, des milliers de nos concitoyens, en résidences privées, en ressources intermédiaires, en CHSLD ou vivant dans leur domicile, font face à une pauvreté, un isolement, une marginalisation et une souffrance inadmissibles. On parle ici de proches aidants à bout de souffle, d’aînés laissés à eux-mêmes ou démunis face à des problèmes parfois criants.

Or, ces situations, loin de provoquer la prise de conscience et l’action qu’elles méritent, suscitent tout bonnement l’indifférence ou la résignation. Pourtant, l’isolement et la souffrance ne sont pas plus acceptables à 85 ans qu’à 35. L’abus financier, physique et psychologique non plus. 

Agissons dès maintenant !

Pour toutes ces raisons, le Réseau FADOQ tire la sonnette d’alarme et exige qu’on ne tourne pas le dos encore une fois aux aînés démunis lorsque sera retombée la poussière des événements de L’Isle-Verte. L’heure d’une prise de conscience collective est venue, ici et maintenant.

Cela passe par des gestes significatifs de la part de tous les citoyens, mais surtout, de tous les organismes privés ou publics – y compris tous les paliers de gouvernement – qui peuvent faire la différence. C’est l’objectif du contrat social mis de l’avant par le Réseau FADOQ et que 200 organisations, dont les quatre principaux partis à l’Assemblée nationale, ont signé.

Le Réseau FADOQ prêche d’ailleurs par l’exemple avec le Programme Qualité Logi-être, visant l’amélioration de la qualité de vie dans les résidences pour aînés et Aîné-Avisé, un programme de sensibilisation aux abus et aux fraudes.

En mémoire de toutes ces personnes âgées décédées à L’Isle-Verte, il est de notre devoir de faire face à l’urgence de la situation en apportant collectivement des solutions durables et équitables aux problématiques touchant nos aînés, à qui nous devons le respect et, bien plus encore, la vie.