VIRAGE
La perte auditive, un phénomène mal compris
La perte auditive, un phénomène mal compris
0 votes, 0.00 avg. rating (0% score)

La perte auditive est plus commune qu’on pourrait le croire. Elle est souvent banalisée et stéréotypée comme n’affectant que les personnes très âgées. Or, c’est faux.

Des chiffres révélateurs

Les quelques statistiques suivantes sur le sujet reflètent réellement la situation actuelle et permettent de prendre la pleine mesure du phénomène de la perte auditive :

  • La perte auditive est l’un des phénomènes reliés au vieillissement les plus en croissance au Canada.
  • En 2002, selon Statistique Canada, plus d’un million de Canadiens ont rapporté un problème d’audition, ce qui représente 50 % plus de cas que les problèmes de vision.
  • En 2012, le nombre de personnes rapportant un problème d’audition aurait triplé par rapport aux statistiques de 2002, pour atteindre plus de trois millions de Canadiens.
  • Seule l’arthrite dépasse la perte auditive comme plainte la plus recensée chez les aînés.
  • En 2015, sur le plan mondial, on estime à 1,1 milliard le nombre de personnes qui seront affectées par une perte auditive.
  • Environ le tiers des personnes touchées par une perte auditive a atteint l’âge de la retraite. De plus, beaucoup de malentendants fréquentent toujours l’école ou sont sur le marché du travail.
  • Les causes les plus communes sont l’exposition au bruit, la presbyacousie (perte progressive d’audition liée au vieillissement), les infections, les incidents et l’hérédité.
  • Au Canada, environ 6 nouveau-nés sur 1000 présentent une perte auditive. Au CHU Sainte-Justine, à l’unité des soins intensifs néonatals, 4 bébés sur 100 naissent avec une perte auditive.

Une démographie aux impacts sérieux

Les différentes études et statistiques sont nombreuses sur le sujet et les chiffres varient, mais il y a un point qui semble faire l’unanimité : le nombre de personnes affectées par la perte auditive est en expansion et les impacts sur la société seront multiples. Doté d’une démographie vieillissante, le Québec ne sera pas épargné.

Prévenir est la clé, bien entendu !

La prévention est de mise pour les années à venir. La précocité des démarches est quant à elle le meilleur départ pour tous les types de traitements. C’est pourquoi, il est conseillé d’effectuer un examen de l’audition en prévention pour les enfants, à partir de l’âge de 50 ans chez les adultes et à tous les deux ans pour les personnes qui travaillent dans un milieu bruyant.

N’hésitez pas à consulter un audioprothésiste pour obtenir de plus amples informations.