VIRAGE
Ces pilules qui peuvent causer des chutes 

Un soir, alors que je travaillais à l’urgence, une septuagénaire est admise avec une hanche cassée. Elle m’explique qu’elle a perdu l’équilibre en allant aux toilettes au cours de la nuit, et est tombée au sol. Comme pour tant d’autres aînés victimes de chutes, ses médicaments étaient en cause.

« J’aurais dû être plus prudente, m’a-t-elle dit. Je vais maintenant devoir me faire opérer. Est-ce que je devrai annuler mon voyage en Floride prévu cet hiver ? » J’ai eu le coeur serré. En tant que spécialiste des chutes et de l’équilibre, je suis au fait des statistiques alarmantes sur les aînés et les chutes. Son voyage en Floride aurait dû être le dernier des soucis de cette dame…

Je lui ai dit : « Jetons un coup d’œil à ce qui a pu contribuer à vous faire tomber. J’aimerais qu’on révise ensemble vos médicaments, pour vérifier que votre chute n’a pas été causée par un effet secondaire. »

J’ai découvert qu’un somnifère lui avait été prescrit récemment. Je lui ai expliqué que ce médicament endort les neurones du cerveau, ce qui diminue la vigilance et mène à des chutes, des fractures et même à des accidents de voiture. « Personne ne m’avait dit que les somnifères pouvaient causer des chutes. Avoir su, je ne les aurais pas pris », m’a-t-elle répondu.

Des conversations comme celles-ci m’ont menée à devenir spécialiste de l’usage sécuritaire et approprié des médicaments, et à devenir fière porte-parole de la déprescription. Il s’agit d’une tendance à la hausse parmi les médecins et les gériatres, qui consiste à arrêter ou réduire la dose d’un médicament qui peut causer des préjudices.

Prévenir les chutes

Les risques associés aux médicaments peuvent être sous-évalués par un médecin trop occupé; par exemple, l’effet néfaste des somnifères sur la concentration et l’équilibre. C’est pourquoi les patients doivent être informés au sujet de leurs médicaments et garder en tête les effets secondaires possibles.

Voici quelques médicaments à reconnaître si les chutes vous inquiètent :

  • Les médicaments pouvant causer des étourdissements et de la somnolence. Ceci inclut les somnifères, les antipsychotiques, les antidépresseurs et les opioïdes.
  • Les médicaments qui diminuent le taux de sucre dans le sang tel que les médicaments pour le diabète de type 2 comme le glyburide (Diabeta®) et l’insuline.
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’ibuprofène (Advil®), le diclofénac (Voltaren®) et le naproxène (Naprosyn®, Aleve®).
  • Les médicaments qui peuvent causer une chute soudaine de la pression artérielle, par exemple les diurétiques comme le furosémide (Lasix®) ou les médicaments pour la prostate comme la tamsulosine (Flomax®).

Prendre trois médicaments ou plus peut aussi augmenter les risques de chutes.

La bonne nouvelle

En restant bien informé, il est facile de prévenir les chutes causées par les effets secondaires des médicaments. La solution est de réduire, arrêter ou remplacer le médicament à risque de façon sécuritaire, toujours sous la supervision d’un médecin ou d’un pharmacien.

Parlez avec votre médecin ou votre pharmacien. Demandez-lui de réviser vos médicaments chaque année, pour vérifier si ceux-ci peuvent augmenter votre risque de chute.

Si vous avez déjà perdu l’équilibre ou êtes tombé, ou si cela vous inquiète, parlez avec votre médecin, votre infirmière ou votre pharmacien. Plusieurs facteurs peuvent accroître les risques de chutes et la majorité sont réversibles. Ne laissez pas la peur de tomber vous limiter dans vos activités car l’inactivité augmente encore plus le risque de chute.

Pour de plus amples informations sur la saine gestion des médicaments ou sur la déprescription, visitez le deprescribingnetwork.ca/fra/